You are here

Title

Le ressentiment et la gouvernance mondiale

Created date

Sunday, September 27, 2009 - 09:15


Parler de ressentiment sans aborder les dimensions composites évoquées par ce mot n’est pas chose aisée. Soulever la question est déjà ardu, car elle prête souvent à des malentendus et remue des sentiments confus et contradictoires. Dans cette rencontre, nous avons décidé de dévoiler des questions fréquemment occultées pour ce qui est des relations entre les pays et les peuples. Lors du traitement des conflits, on souligne en effet très souvent les négociations territoriales, les accords diplomatiques ou douaniers, mais on laisse de côté une des questions fondamentales à l’origine du conflit : le ressentiment.

Après les dictatures militaires ayant affecté à la fin du siècle dernier les peuples des pays du Cône Sud, Chili, Bolivie, Pérou et Argentine, ces derniers traversent actuellement une période singulière de leur histoire. Ils sont en train de s’ouvrir à de nouvelles perspectives. La transition démocratique étant aujourd’hui déjà surmontée, la région se retrouve face à des challenges décisifs pour renforcer ses processus démocratiques encore fragiles. Il s’agit de surmonter les obstacles qui se dressent obstinément sur le long chemin qui mène aux nouveaux systèmes politiques et à la mise en place de nouvelles institutions qui soient à même d’assurer le développement pacifique et l’insertion de la région dans une économie globalisée, au moment même où le monde est en crise.

Pour franchir cette étape historique et avancer vers le futur, les peuples du Cône Sud ont besoin de se référer à leur passé. Non pour y jeter un regard nostalgique, mais pour y puiser la force qui leur permettra de dépasser les obstacles qui ont jusqu’ici freiné une réelle intégration.

De temps en temps, mais à chaque fois de manière plus insidieuse – et notamment dans les moments où l’on cherche à résoudre les conflits dans la région –, les symptômes du ressentiment se manifestent par des manifestations sarcastiques, racistes ou xénophobes, étouffant toute tentative de dialogue. Surmonter le ressentiment semble donc la condition indispensable pour construire une gouvernance responsable, plurielle et solidaire.

À voir aussi :
_ * Les vidéos de la rencontre « gouvernance et ressentiment »
_ (français)
(anglais)
(espagnol)


Attached files pdf_cahier_Ressentiment_anglais-web_1_-3.pdf ( B)  pdf_Cahier_Ressentiment_et_Gouvernance-2.pdf ( B)  pdf_Cuaderno_Resentimiento_y_Gobernanza-2.pdf ( B)